Bandeau Bulles

L’INVITÉ : LOUIS CARLE, MADDYNESS

Après de nombreuses expériences en communication, Louis Carle se passionne pour le numérique et les nouveaux enjeux de l’économie de demain. Rédacteur sur Presse Citron, il a décidé de fonder Maddyness en 2011 et est aujourd’hui en charge de son développement et de sa stratégie. Au cours de cette interview, il nous livre sa vision des Services et nous explique pourquoi il a décidé de soutenir le mouvement de la Fête des Services.

Pourquoi avoir créé Maddyness en 2011 ? Qu’aviez-vous en tête à l’époque, et aviez-vous envisagé le succès qui allait être le vôtre ?

Maddyness a vraiment pris son essor fin 2012 avec l’entrée de mes deux associés au sein de l’aventure (Etienne Portais et Julien Bengué) avec une idée commune : aider à construire et à favoriser l’écosystème startup en France. L’idée de départ était d’aider les entrepreneurs, et c’est toujours ce qui nous anime, nous pousse à continuer à aller de l’avant et tenter d’apporter notre pierre à l’édifice. Quant à notre succès, si nous sommes en effet un des médias les plus consultés sur cette thématique, je pense qu’il est surtout révélateur d’un état d’esprit aujourd’hui présent en France pour le meilleur et pour le pire. Notre principal succès repose principalement sur les avantages que nous pouvons apporter aux startups qui passent dans nos colonnes et qui se voient ouvrir des portes grâce à ce passage.

Vous avez une vision experte sur l’écosystème des start ups et de l’Innovation en France. Si vous aviez trois éléments pour qualifier ce dernier, quels seraient-ils ?

Dynamique, singulier et diffus. Dynamique car la France est un pays qui bouillonne d’innovation et qui de plus en plus rattrape son retard et devient un des piliers de ces deux secteurs au niveau mondial. Singulier, car de nombreuses exceptions caractérisent notre pays et favorisent une scène construite différemment de celles de nos voisins. Diffus, car une des particularités de notre pays est que ces innovations et ces startups ne sont pas qu’à Paris mais bien partout sur le territoire avec des scènes aussi énergiques à Nantes, Lyon, Lille que Paris.

Quelle est votre vision du secteur des Services en France ? Quels points d’amélioration voyez-vous afin que ces derniers poursuivent leur développement ?

La France a toujours été un pays de services. Notre singularité n’a jamais été fermement assumée, je crois sincèrement qu’il est fondamental de continuer à faire croître et connaître nos entreprises de service sur notre marché et ailleurs. C’est d’ailleurs précisément sur ce point qu’il y a, je pense, une nette amélioration à opérer. Nous devons apprendre à mieux prévoir et concevoir des services pour l’international ou du moins s’inspirer de ceux qui le font. Si l’internationalisation n’est pas toujours sans risque pour l’entreprise, fonctionner en circuit fermé ne l’est pas non plus.

Pourquoi soutenez-vous la Fête des Services ?

La France voit son avenir dans les services et c’est probablement le cas lorsque l’on voit l’évolution de nos « vieilles » économies qui doivent être chaque jour davantage ancrées dans l’innovation pour survivre. Fort de ce constat, chacune des initiatives qui iront dans ce sens et aideront ce secteur à se développer et à se doter de nouveaux atouts est une bonne chose. Une belle initiative qui nous l’espérons appellera de nombreux projets.

Logo