Bandeau Bulles

L’OPEN DATA VA-T-IL RÉVOLUTIONNER LE SERVICE PUBLIC ?

L’Open Data – ou ouverture des données – est devenue en quelques années une revendication croissante des citoyens envers la sphère politique. En France, et dans le sillage du Big Data, il semblerait que cette dernière mène droit à la prochaine révolution des politiques publiques.

L’Open Data a véritablement pris son essor au cours du premier mandat du Président Barack Obama, à l’occasion duquel les différents Ministères ont ouvert résolument les informations qu’ils stockaient sur les citoyens à ces derniers.

De nombreux fournisseurs se positionnent aujourd’hui sur le créneau de l’Open Data, arguant que par la réception, l’analyse et l’interprétation correctes des données sur les citoyens, de véritables prédictions peuvent être mises en place – à l’égard de ce qui est fait en termes de Gestion de la Relation Client dans les entreprises.

Pourtant, il serait réducteur de borner l’Open Data à une simple interprétation des données citoyennes. Bien au contraire : il s’agit ici d’ouvrir grand les informations contenues par les acteurs publics afin que ces derniers soient transparents face aux administrés.

C’est par exemple Tranquilien, qui aujourd’hui propose des tendances en termes de remplissage des Transilien pour faciliter la vie des administrés. En première page, ils remercient à cet égard l’Open Data, sans laquelle leur existence serait remise en cause ! C’est par la participation motivée de SNCF que cette application permet ainsi aux usagers d’éviter les pics de fréquentation – et à l’établissement public de réaffrater ses priorités.

Mais le mouvement va au-delà. Pour toutes les missions de sécurité, de transport, d’éducation ou encore de santé publique, les données publiques constituent une mine d’information susceptible d’améliorer l’efficacité des politiques publiques tout en réduisant leur coût ! Il en va ainsi par exemple des premières applications qui permettent, d’un simple toucher du doigt, de signaler un dysfonctionnement comme un lampadaire déficient, une bouche d’égoût qui déborde, ou autre … les applications politiques sont ici quasi illimitées.

C’est sans doute avec ces constats en tête que la Mission Etalab a démarré ses travaux récemment. Il ne faut d’ailleurs remonter qu’à quelques jours – le 9 octobre plus exactement – pour assister à la création de l’association Open Data France. Il faut se réjouir de la prise de conscience de la part des autorités publiques de l’importance capitale de mieux gérer et ouvrir les données clients. Prise de consience dont les conséquences ne sont à ce jour qu’à peine subodorées …

Et de se demander si, finalement, l’Open Data ne sera-t-elle pas la nouvelle révolution des politiques publiques.

Copyright photo : justgrimes

Logo