Bandeau Bulles

RENCONTRE AVEC DAMIEN VERDIER, VICE-PRÉSIDENT SODEXO

Damien Verdier est le Vice-Président exécutif de Sodexo en charge du marketing et du planning stratégique. En 2013, le groupe Sodexo a soutenu la première édition de la Fête des Services, et c’est son Directeur Général et Administrateur Michel Landel qui avait remis le prix au lauréat de la catégorie « Grand Prix Esprit de Service » du jury.

Qui êtes-vous ?

Sodexo est une entreprise d’origine marseillaise, aujourd’hui leader mondial des services de Qualité de Vie. Présents dans 80 pays, nos 430 000 collaborateurs servent chaque jour 75 millions de consommateurs. Avec des compétences dans de multiples métiers, nous proposons à nos clients une offre intégrée de services : l’accueil, l’entretien et la propreté, la restauration et la gestion des installations et matériels, et aussi des Pass Repas, Pass Cadeaux et Pass Transports pour les salariés jusqu’aux services d’aide à domicile et de conciergerie. La qualité de vie est notre métier car nous sommes persuadés qu’elle est source de progrès pour les individus et de performance pour les organisations.

En ce qui me concerne, je suis en charge pour le groupe de la planification stratégique et de l’organisation, de la R&D et de l’innovation. J’ai rejoint Sodexo il y a 35 ans, une entreprise que j’ai donc vu évoluer, se développer, se transformer, tout en gardant sa propre identité, ses valeurs et sa vision.

A votre avis, y-a-t-il un management spécifique des services ?

Les services sont avant tout des métiers de femmes et d’hommes. Leur engagement est donc essentiel pour mener à bien nos missions. Assurer leur développement, leur progression dans l’entreprise est une autre dimension essentielle du management dans notre secteur, car l’esprit de service, ce n’est pas uniquement avoir le sourire. Cela passe par la professionnalisation et l’organisation. Enfin, chez Sodexo, nous avons une conviction forte : nos salariés doivent ressembler aux personnes qu’elles servent, car cela nous permet d’être innovants, efficaces et compétitifs. La diversité et l’inclusion sont une de nos priorités et un impératif business.

Vous avez soutenu la première édition de la Fête des Services – quels sont les trois signes forts que vous avez retenus ?

Premièrement le dynamisme de ce mouvement : un très grand nombre d’entrepreneurs ont soumis leur dossier et l’engouement des internautes qui ont voté massivement sur internet.

Deuxièmement, la richesse, la diversité de ces innovations, la créativité de nos jeunes entrepreneurs qui pensent déjà à exporter leur service en dehors de France.

Enfin, le succès de cette première édition me conforte dans l’idée que la France occupe une place particulière dans le monde des services et que nous devrions beaucoup plus valoriser cette marque « France des services » où nos entreprises excellent à l’étranger, et valorisent l’image de la France dans ces savoir-faire spécifiques. Tout comme l’industrie, les entreprises de service doivent faire face à la mondialisation, où les défis à relever et les idées reçues à démonter sont nombreux.

Aujourd’hui, que croyez-vous qu’il manque au secteur des services en France ?

Je regrette que nos gouvernants, et pas seulement en France, ne prennent pas plus en considération le secteur des services. Les entreprises de services sont le moteur de croissance et de développement des économies modernes : ils créent de la richesse, ils créent des emplois. Les évolutions démographiques vont totalement bouleverser nos sociétés dans le monde entier. Grâce à l’innovation, les sociétés de service vont jouer un rôle majeur et déterminant pour repenser l’organisation de nos sociétés, anticiper les nouveaux besoins qui vont naître. Dans cette perspective, les services ne doivent plus être considérés comme une commodité, mais comme une contribution essentielle à la qualité de vie. Aujourd’hui, force est de constater que les métiers de service auraient besoin d’être valorisés et la place et le rôle des services dans l’économie et l’emploi enfin reconnus.

Logo