Bandeau Bulles

Vous voulez changer le monde ? On va bien s’entendre

On vit une époque formidable – même si / parce que pleine de challenges. D’un côté, le pays traverse une crise économique, sociale et sociétale comme on en a rarement connu. Mais de l’autre, on assiste à un bouillonnement d’idées, un foisonnement dans la création de startups que j’ai du mal à croire que le pays soit réellement résigné.

 

L’entrepreneuriat en 2016 en France

La première bonne nouvelle, elle est ici : les Français ont envie de créer leur boîte. Selon l’Agence France Entrepreneur, 52% des moins de 30 ans estiment que créer leur entreprise est le meilleur choix de carrière. Certes, on peut attribuer ce score à la situation du chômage ou au déficit d’attractivité que représentent aujourd’hui certains grands groupes. Mais je préfère voir le verre à moitié plein : les jeunes ont envie de casser la baraque, et tant mieux !

La deuxième bonne nouvelle, c’est qu’on a un terreau très fertile en France, nation qui fait partie des écosystèmes les plus vifs dans le monde (à côté de nations comme les Etats-Unis, Israël, Royaume-Uni). En 2016, les secteurs les plus porteurs font partie de la Fintech, de la publicité, du Retail, ou encore de la Foodtech. Et surtout, sur l’année en cours la France est selon EY le deuxième pays en Europe pour les levées de fonds et les startups – l’écart avec Londres se réduisant progressivement.

Enfin, la dernière bonne nouvelle, c’est que le rapport à l’entrepreneuriat évolue vers le mieux. Au niveau mondial et en matière de facilité à l’accès à l’entrepreneuriat, la France se classe 32ème (rapport Doing Business 2016) ; malgré cela, les créations d’entreprise continuent de croître notamment dans les startups, où l’écosystème est réputé très bon, et ce malgré les freins évidents. On peut nous embêter, cela ne change rien : quand une ou un Français veut créer, elle ou il y parvient !

 

Alors aujourd’hui, comment peut-on changer le monde ?

Il existe globalement 3 manières d’agir.

La première réside dans l’action politique. Engagement au niveau local ou national, rejoindre un mouvement politique pour réfléchir à de nouvelles idées, etc. Bon, oui la chose politique séduit toujours autant (il suffit de voir la participation à la dernière primaire de droite), c’est une évidence ; mais dans le même temps, sondage après sondage on peut observer la défiance généralisée face à la classe politique. Alors, certains choisissent d’autres terrains de jeux.

Comme la société civile par exemple. La France partie des nations où les habitants sont le plus actifs dans une association d’intérêt général : selon France Bénévolat, près d’un Français sur trois est actif dans une structure associative, avec une hausse de plus de 11% entre 2010 et 2016 ! Bien sûr, il y a dans ces engagements tout ce qui a trait au sport ; mais il y a également toutes celles et ceux qui participent à des organisations sociales, caritatives, humanitaires et on ne peut que s’en réjouir.

La dernière possibilité pour agir est celle de créer sa boîte. Monter son entreprise, sa startup pour changer le monde, changer nos vies, laisser une empreinte. A cet égard la société Mutum, plateforme de prêt et d’emprunt gratuit entre particuliers, d’ailleurs lauréate des Trophées des Services de l’année dernière est révélatrice : pour son cofondateur Frédéric Griffaton, l’objectif avec Mutum est surtout de contribuer à faire baisser le réchauffement climatique !

 

Les Trophées des Services

C’est pour toutes ces raisons que nous avons voulu créer les Trophées des Services. De nombreuses entreprises ou organisations mettent en commun leurs forces pour détecter en France les startups les plus innovantes, portées par celles et ceux qui veulent changer le monde, et les faire accélérer grandement.

Expérience client, amélioration de la vie quotidienne, santé, éducation, mobilités et enfin Grand Prix : jusqu’au 14 janvier, vous pouvez candidater à la 4ème édition de ce concours et nous prouver que changer le monde maintenant, c’est possible !

 

Vous voulez changer le monde ? Alors on va bien s’entendre

Rendez-vous ici pour déposer votre dossier !

Aubry Hanrion

 

Mots-clefs : , , , ,

Logo